Étonnant parcours que celui de l’éditeur-intégrateur vauclusien LSI Sud Informatique. En perte de vitesse et fortement déficitaire il y a quatre ans, la société a opéré depuis un spectaculaire redressement. Sa profitabilité dépasse aujourd’hui les 10% et son activité est repartie nettement à la hausse avec un chiffre d’affaires revenu en 2018 au niveau de celui de 2014, à 2,2 M€, après être descendu à 1,7 M€ en 2015.

Mieux : si l’on consolide les activités de ses deux sociétés sœurs, SRA Sud-Est et Quadri Concept, son chiffre d’affaires a plus que doublé sur la période, à 5,1 M€. La première est née de la séparation de son activité Sage X3 début 2015. La seconde a été acquise il y a un an et regroupe ses activités de distribution et de services d’infrastructures. LSI cherchait à l’époque à adosser cette activité mais c’est finalement une opportunité d’acquisition qui s’est présentée.

Implantée à la Seyne-sur-mer (Var), Quadri Concept a trente ans d’existence et emploie huit personnes pour un chiffre d’affaires de 1,2 M€ en 2018 (+20%). Axée sur des prestations de vente et d’intégration de serveurs, de réseaux et et de solutions de sécurité, la société est partenaire agréé de marques telles que Fujitsu, VMware, Microsoft, Watchguard et Jaguar Network. Depuis le départ de son dirigeant historique au cours de l’été, elle est pilotée par un ex-A+Métrologie, Julien Thibaut.

Désormais réparti sur quatre sites (Velleron, La Seyne-sur-Mer, Sophia-Antipolis et, depuis peu, Grasse), le groupe compte désormais 36 collaborateurs et sert un parc d’environ 300 clients actifs, principalement dans les secteurs de la parfumerie, de la cosmétique et des arômes alimentaires, métiers sur lesquels est positionné le vertical de LSI. En 2018, LSI et ses sociétés sœurs ont enregistré une croissance organique de l’ordre de 12%. Une performance qui semble valider la stratégie suivie par leur président Alexandre Avila, depuis trois ans.

Face à la lourde perte (1,3 M€) de LSI en 2014, Alexandre Avila avait alors pris l’option de céder une participation majoritaire (70%) de son activité d’intégration Sage X3 au groupe SRA afin de recapitaliser sa société. Une décision judicieuse : outre l’apport de cash, cela a permis à LSI de pérenniser son activité Sage – y compris son volet Ligne 100, cédé dans un second temps – qui ne disposait pas jusque-là de la taille critique, ni d’un réservoir de ressources suffisant. Malgré un conflit actionnarial – toujours pas réglé – qui a conduit la société en procédure collective pendant un an, l’activité est aujourd’hui redressée et en forte accélération.

Surtout, LSI a retrouvé des marges financières qui lui ont permis d’investir. L’acquisition de Quadri Concept lui a permis de fournir à ses clients un seul point d’entrée pour un accompagnement sur l’ensemble de leurs problématiques IT. Et récemment, LSI a pu ouvrir des locaux dans le centre de Grasse, la capitale des parfumeurs, afin de se rapprocher de ses gros clients et de renforcer ses équipes. Deux consultants travaillent déjà sur place.