Le fonds d’investissement américain Advent International et son homologue britannique Permira (notamment propriétaire du VAR français Exclusive Group) s’associeraient pour acquérir l’activité grand public de Symantec pour 26 à 27 dollars l’action, soit jusqu’à 16,4 milliards de dollars croit savoir le Wall Street Journal. L’acquisition concernerait Norton et les services de protection contre le vol d’identité LifeLock et n’aurait aucune incidence sur la vente des solutions de sécurité pour les entreprises à Broadcom pour 10,7 milliards de dollars. La cession de la totalité de Symantec rapporterait ainsi près de 27 milliards de dollars, bien loin des 15 milliards de dollars proposés à l’origine par le fabricant de semi-conducteurs pour l’ensemble du périmètre de la société. Advent, Permira et Symantec n’ont pas commenté l’information.

En cédant l’activité grand public à des investisseurs, les actionnaires pourraient réduire leur fardeau fiscal ont expliqué à nos confrères des personnes proches du dossier.

L’acquisition de l’ensemble des actions de Symantec par les deux fonds d’investissement puis la revente de la seule activité entreprises à Broadcom une fois l’opération réalisée est une des hypothèses avancées par le Wall Street Journal. La seconde hypothèse avancée serait d’attendre la clôture de la vente à Broadcom avant de réaliser l’opération.

L’activité grand public est particulièrement rentable puisqu’elle représentait au dernier trimestre 51% des revenus de Symantec mais 90% du bénéfice d’exploitation.

Selon Bloomberg, le CEO par intérim de Symantec, Richard Hill, a indiqué la semaine dernière qu’il démissionnerait après la vente à Broadcom et que la société entamait des recherches pour lui trouver un remplaçant.