Le mois dernier une source interne à l’entreprise révélait que VMware supprimait quelques centaines d’emploi dans le monde. Contact& par nos confrères, le spécialiste de la virtualisation confirmait des « licenciements limités » sans plus. On en sait à présent un peu plus. Selon la San Francisco Chronicle qui a eu sous les yeux un document déposé par l’entreprise à la fin du mois dernier auprès du California Employment Development Department, plus de 200 salariés ont été remerciés dont plusieurs au niveau exécutif.

La liste des licenciements comprend notamment le directeur technique de de la division Internet des objets, le directeur de la recherche et du développement en charge de l’architecture des base de données ainsi que celui du marketing numérique.  Figurent également parmi les postes supprimés ceux de nombreux techniciens et ingénieurs. Environ les trois quarts des personnes concernées sont basées au siège à Palo Alto, le reste travaille à distance.

Interrogé par nos confrères, un porte-parole leur a fait parvenir le communiqué habituel pour ne pas dire annuel (la filiale de Dell revoit la composition de ses effectifs tous les ans en début d’année). « Cela fait partie du rééquilibrage régulier de la main-d’œuvre qui garantit que les ressources des entreprises et des zones géographiques mondiales de VMware sont alignées sur les objectifs stratégiques et les besoins des clients peut-on lire. « Nous avons un programme actif de soutien aux employés pour garantir, dans la mesure du possible, que les salariés concernés seront redéployés dans des postes ouverts au sein de VMware. »

Ces dernières suppressions de postes interviennent quelques semaines après l’acquisition de Pivotal. VMware emploie environ 30.000 personnes dans le monde.