C’est désormais officiel : l’édition 2020 d’IT Partners, salon de référence pour une grande partie de l’écosystème IT n’aura pas lieu comme prévu les 11 et 12 mars prochain. Dans un communiqué paru ce jour, son organisateur Reed Expositions explique l’avoir « reportée à une date ultérieure qui sera communiquée dans les prochains jours ». Reed Expositions France se dit également « pleinement conscient des inconvénients causés par cette situation », et indique « redoubler d’efforts pour accompagner ses clients, exposants et visiteurs, et ses partenaires, pour préparer l’édition à venir ». Sollicitée par la rédaction de Channelnews, l’équipe d’IT Partners est restée injoignable toute la journée.

Pour les exposants, l’ajournement de cet événement à la dernière minute est une véritable catastrophe eu égard aux dépenses non récupérables engagées mais aussi à l’absence des retours sur investissement attendus. « En annonçant le report (sans date) de cet événement, Reed Expositions [acte qu’il] ne procédera pas au remboursement des prestations prises », explique l’un des exposants majeurs de cette édition 2020. Entre la communication autour du salon, les supports de communication dédiés, les événements additionnels prévus sur place, les invitations des clients, le déplacement des collaborateurs et intervenants, la réalisation du stand, les frais d’annulation divers, cet exposant estime ainsi sa perte sèche à plusieurs centaines de milliers d’euros.

« Au-delà des dépenses engagées, la plus grande perte est immatérielle, estime Daniel Morassut, vice-président Europe du Sud d’Oki. C’est des partenaires qu’on ne rencontrera pas, c’est des produits qu’on ne montrera pas, c’est des orientations stratégiques qu’on n’explicitera pas », regrette-t-il. Les exposants sont nombreux à exprimer leur frustration et leur déception sur ce point.  « Ce salon est un événement majeur sur notre marché et nous sommes déçus [de perdre cette] occasion de passer du temps aux côtés de nos clients et partenaires », abonde Julien Legras-Bojakowski, directeur général d’Aubelio. « Nous ne pourrons pas donner seuls le même impact à nos annonces et démonstrations associées », déplore l’exposant majeur cité plus haut.

Pour autant, dans leur grande majorité, les exposants accueillent plutôt favorablement l’idée d’un report et indiquent qu’ils s’y associeront… dans la mesure du possible. Car de nombreuses inconnues demeurent. D’abord sur la date. Certains ont compris que Reed Expositions visait juin pour organiser son événement de substitution. Une période irréaliste pour beaucoup au vu des agendas déjà chargés. Reste également à convaincre le Parc Disney qui risque d’avoir plus de difficultés à fournir à cette période les quelque 2.500 nuitées que représente IT Partners (sans parler des nombreuses privatisations de lieux). Mais aux dernières nouvelles, l’exploitant du parc se montrerait conciliant.

Finalement, le plus inquiétant pourrait être ailleurs et le report d’IT Partners n’en serait que le révélateur : pour beaucoup des acteurs concernés, il paraît désormais évident que le virus SARS-COV-2 pourrait avoir d’importantes conséquences sur leur activité. Certains font déjà face à des problématiques de confinement de collaborateurs ayant voyagé dans des zones à risque et à des difficultés d’approvisionnement sur certains équipements indispensables à leurs projets. Beaucoup craignent que ces tensions finissent par entraîner un ralentissement économique et des reports d’investissement. « J’anticipe un ralentissement de nos affaires à l’instar de la crise financière de 2008. Une décision de report d’investissement a parfois des motivations irrationnelles même si, en effet, je ne vois pas en quoi l’épidémie de Coronavirus devrait ralentir les efforts des entreprises pour lutter contre la cybercriminalité, un autre exemple de « virus », expose Alain Takahashi, directeur associé du VAD spécialisé en sécurité Hermitage Solutions.