Sur son exercice 2019, qui s’achève ce 30 septembre, Infidis aura atteint le cap des 70 millions de chiffre d’affaires. Un revenu en croissance de 27% par rapport à son exercice 2018, qui était lui-même en croissance de 25% par rapport au précédent. Une poussée de ses facturations qui s’accompagne en prime d’une hausse encore plus marquée de sa rentabilité nette : celle-ci devrait se hisser autour de 3% du chiffre d’affaires, en progression de 50% par rapport à l’an dernier.

Facteur déterminant dans cette dynamique de croissance : son partenariat étroit avec Nutanix. Parmi les premiers en France à miser sur la marque en 2015, Infidis recueille aujourd’hui les fruits de son investissement. Le héraut de l’hyperconvergence est devenu dans l’intervalle son deuxième fournisseur par ordre d’importance, derrière HPE.

« L’hyperconvergence est devenue un marché à part entière, se félicite Hervé Abraham, Pdg d’Infidis. Longtemps, il a fallu éduquer. On a dépassé ce stade. Aujourd’hui la technologie est acceptée, les clients sont convaincus avant même de lancer leurs projets. » La demande est tellement forte, que le VAR parisien a décidé de diversifier son catalogue au cours des douze derniers mois, en ajoutant les offres hyperconvergées de ses principaux partenaires historiques : HPE Simplivity, Dell vXRail et Cisco Hyperflex. Aujourd’hui, l’hyperconvergence pèse 22% de son activité totale.

Pour Infidis, l’hyperconvergence est aujourd’hui la principale clé d’entrée chez de nouveaux clients. Hervé Abraham estime que ce marché spécifique draine actuellement 70% des 30 à 40 nouveaux clients qu’Infidis signe chaque année. Un atout important sur un marché des solutions d’infrastructures largement verrouillé où les seules véritables opportunités d’ouvrir de nouveaux clients ne se présentent que lorsque ces derniers se posent la question de changer d’architectures.

Selon Hervé Abraham, Infidis surfe également sur le développement important de son offre de services, notamment de ses services d’assistance technique, qui représentent désormais une trentaine de personnes sur un effectif de quatre-vingt-dix (dont une vingtaine d’indépendants). Hervé Abraham cite aussi l’essor de ses agences régionales (Aix-en-Provence et Nantes) ainsi que la forte traction du marché. « Tous les grands clients ont des projets de transformation de leurs infrastructures IT, témoigne Hervé Abraham. On sait répondre à tous leurs besoins ».

Tous leurs besoins d’infrastructures sur site, s’entend. Car Infidis continue pour l’instant de faire l’impasse sur le Cloud se concentre sur la partie sur site du Cloud Hybride . « Les clients nous voient comme une hardware company, poursuit Hervé Abraham. Nous n’avons pas de solution pour ceux qui recherchent du Cloud. Le Cloud, c’est notre concurrent. On ne s’adresse qu’à ceux qui ont un datacenter. »

Fort de cette exercice particulièrement réussi, toute l’équipe est partie récemment en séminaire à Malte pendant quatre jours pour célébrer la fin de l’exercice et… les 20 ans de l’entreprise.