La ruée vers le basculement des charges de travail des entreprises dans le cloud public s’est ralentie aux Etats-Unis rapporte CRN qui s’appuie sur les propos exprimées par les principaux grossistes IT d’outre-Atlantique au cours d’une table ronde sur le sujet. Ces distributeurs remarquent même un retour en arrière, certaines entreprises rapatriant sur site quelques-unes de leurs charges de travail.

Selon eux, les clients soumis à des règles de sécurité et de conformité strictes privilégient à nouveau les solutions de stockage on-premise pour leurs données les plus sensibles, tout en ayant toujours recours au cloud public pour l’évolutivité et la flexibilité qu’il apporte aux applications et aux plateformes. « Ce sont les retours qui proviennent de nos fournisseurs de solutions (…). Nous sommes tous d’accord sur le fait que la crainte de voir le cloud envahir l’ensemble de l’entreprise a disparu. Nous nous dirigeons probablement vers le cloud hybride. Vous aurez à nouveau besoin d’infrastructures pour site pour vos solutions exigeant le plus de sécurité mais vous aurez toujours un cloud public qui explose », a ainsi expliqué Kevin Kennedy, vice-président en charge des solutions avancées chez Tech Data.

« Je pense que beaucoup de partenaires évaluent continuellement où se trouve la meilleure place pour déployer une charge de travail. En développant une relation de conseil avec leurs clients finaux, ils recherchent toujours le moyen de gérer au mieux le déploiement de plusieurs charges de travail, ce qui doit se décliner sous différentes facettes », estime de son côté, Tim FizGerald, responsable du channel cloud pour l’Amérique du Nord chez Ingram Micro.

Peter Di marco, en charge des ventes aux VARs chez D&H Distributing, affirme quant à lui que les MSP appellent souvent pour indiquer que leur client (généralement une PME), qui a tout basculé vers le cloud public, rencontre de gros problèmes et demande de l’aider avec une solution sur site. Ce qui se traduit généralement par le choix d’une solution hybride. Il précise que les problèmes de ces clients concernent bien souvent les coûts plutôt que la sécurité.