Provadys et NetXP ont publié leurs bans ce jeudi 22 novembre. Leur mariage aura lieu au plus tard à la fin du premier trimestre 2019. Approximativement de même taille (une centaine de collaborateurs pour 11,5 M€ de chiffre d’affaires en 2017), les deux sociétés sont toutes les deux positionnées sur le Cloud, les réseaux et la cybersécurité. MPGroup, la holding de Provadys, détient également une filiale, Majj spécialisée dans l’intégration de logiciels réseaux et sécurité. Avec Majj, Provadys revendique quelque 200 actifs tandis que NetXP en compte une centaine.

Leurs sièges sociaux étant distants de moins trois cents mètres, les deux sociétés se connaissent et se côtoient de longue date. C’est l’un des facteurs ayant contribué à leur rapprochement. « Nous avons les mêmes valeurs et nous nourrissons les mêmes objectifs stratégiques : devenir un acteur incontournable, reconnu sur le marché, tout en restant indépendant », confie Olivier Pantaléo, président de MPGroup. Dans ce contexte, un rapprochement leur est rapidement apparu « évident ». Car, au-delà de leur proximité de vues et de lieux, les deux sociétés se sont trouvées de « vraies complémentarités d’expertise, de clientèles et de territoires ».

Si elles assurent toutes deux des prestations de supervision de la sécurité du SI de leurs clients via leur SOC (centre opérationel de sécurité), Provadys est plus tournée vers le conseil et les audits IT avec notamment une grosse part de son activité dans les tests d’intrusion et la conformité – la société est certifiée PASSI depuis le début de l’année et officie en tant qu’organisme certificateur Arjel, PCI-DSS et ISO 27000 – tandis que NetXP est plus positionnée sur l’architecture d’infrastructures (réseau sécurité, Cloud) et les services managés. Majj est partenaire de marques comme Check Point (dont elle est Elite Partner), Inwebo, Checkmarx et Cisco. De son côté, NetXP détient une forte expertise Microsoft Azure.

Sur leur quelque 300 clients au total, les deux sociétés n’en auraient que cinq en commun. Elles ont toutes les deux des bureaux à Nantes. Mais NetXP y est depuis peu avec un focus infrastructures tandis que Provadys y est depuis près de deux ans avec une douzaine de personnes et un focus sécurité. Provadys est également présent à Nice avec trois personnes.

À l’issue du rapprochement, le nouvel ensemble devrait compter deux entités principales : une entité audit et conseil de 140 personnes environ et une entité intégration et services managés d’une soixantaine de personnes. Du fait de leur proximité géographique, les locaux des deux sociétés seront conservés moyennant une réorganisation des espaces. La gouvernance continuera d’être assurée par Olivier Pantaléo et son homologue de NetXP, Jean-François Aliotti, dans le cadre d’une coprésidence.

Ces derniers espèrent qu’en maintenant son indépendance et sa proximité avec les collaborateurs, le groupe saura conserver son expertise et se rendre plus attractif pour les nouveaux talents. Un critère fondamental sur un marché toujours en pleine ébullition. Après avoir progressé de près de 30% en 2017, les activités de Provadys et NetXP devraient suivre la même tendance cette année. Ce qui devrait porter leurs revenus combinés à près de 30 M€ pour l’exercice en cours.