Le jeune éditeur toulousain annonce qu’il vient d’obtenir la certification PCI DSS pour sa solution de partage de fichiers d’entreprises. Au passage, il vient de revoir son modèle de distribution, qui tend désormais vers le 100% indirect.

 

Sollicité par une partie de ses clients pour qu’il entame une démarche de normalisation, l’éditeur NetExplorer a opté pour la certification PCI DSS, le standard mondial pour le stockage des données bancaires. « Une norme réellement contraignante qui, outre le chiffrement, impose le suivi des mises à jour de sécurité, le cloisonnement matériel, des audits de sécurité… », détaille Bertrand Servary, dirigeant-fondateur de la société.

 

La mise en place d’une solution certifiée PCI DSS représente un surcoût non négligeable (environ 1.000 euros par mois). Cela reste donc une activité de niche pour NetExplorer. Mais alors que la presse n’en finit plus d’égrainer les révélations sur le programme de surveillance électronique américain PRISM, l’intérêt pourrait aller croissant pour ce type de solutions.

 

En attendant un éventuel décollage du PCI DSS, NetExplorer mise beaucoup sur le v6 de son offre. Disponible depuis trois mois, cette nouvelle version supporte désormais la synchronisation de fichiers en mode déconnecté. De quoi accélérer le recrutement de nouveaux clients et le développement des revenus. Après cinq années d’existence, NetExplorer revendique 600 clients et table sur un chiffre d’affaires de 200.000 € cette année (+50%).

 

La sortie de la v6 s’est accompagnée de la remise à plat de sa stratégie de ventes indirectes. Jusqu’ici commissionnés à l’apport d’affaire ou revendeurs en marque blanche (mais sans commission), la quarantaine de partenaires de NetExplorer peut désormais bénéficier d’un tarif remisé (20% à 30%) tout en restant le contact de facturation unique de leurs clients.