Au cours d’un entretien qu’il a accordé à Channelnews, Pascal Murciano, le PDG de Tech Data France, évoque le ralentissement en cours du marché français de l’IT ainsi que ses priorités stratégiques pour la filiale française du distributeur.

Channelnews : Tech Data a enregistré des ventes en recul à l’échelle mondiale sur ses deux derniers trimestres fiscaux. Quelle a été la performance de Tech data France au cours de cette période ?

Pascal Murciano : Je ne peux rien divulguer concernant la performance de Tech Data France. Mais je ne trahirai pas de secret en disant que le marché français de l’IT se tend depuis le début de l’année. La vague d’investissements que l’on avait connue sur la période 2017-2018 est en train de ralentir. Il y a moins de projets.

Channelnews : Cette tendance affecte-t-elle tous les segments du marché ou y’en a-t-il de plus touchés que d’autres ?

Pascal Murciano : Les entreprises ont fait de gros investissements dans leur transformation digitale. Elles sont passées au Cloud tout en investissant dans des infrastructures de cloud privé. C’est cette dynamique qui est en train de s’essouffler. De nouvelles technologies, comme le Edge Computing ou l’analytique, corrélées à l’essor des objets connectés, sont en train de prendre le relai. Mais ces technologies restent encore émergentes et on n’attend pas de véritable accélération avant 2020. Quant au marché l’impression, il est en décroissance. Et les PC ne parviennent à rester stables que grâce à la montée en gamme qu’ils connaissent ces dernières années. Les prix moyens ont beaucoup augmenté, compensant la baisse des volumes.

Channelnews : Que se passe-t-il à la tête de votre division Advanced Solutions ? Au début de l’année, Frédéric Braut en avait pris les commandes, succédant ainsi à Joël Pera, qui devait faire valoir son droit à la retraite. Mais juste avant l’été, on apprend que Joël Pera revient à la barre, tandis que Frédéric Braut se voit confier une nouvelle mission. Pourquoi avoir changé d’avis ?

Pascal Murciano : Nous avons eu des divergences de vues avec Frédéric Braut qui a quitté Tech Data fin septembre. Joël Pera le remplace le temps que nous lui trouvions un successeur. Avec actuellement plus du tiers de son chiffre d’affaires la division Advanced Solutions est stratégique pour Tech Data France. Elle l’est d’autant plus importante que c’est elle qui est chargée de faire monter Tech Data en puissance sur la nouvelle génération de technologies et de services autour du Cloud, de l’analytique et de la sécurité sur lesquels Tech Data a décidé d’axer sa stratégie.

Channelnews : Justement, où en êtes-vous du développement de votre portfolio de solutions et services cloud ?

Pascal Murciano : On continue de se développer fortement sur les offres Microsoft Workplace et Azure. Et on vient de signer avec Amazon Web Services. À terme, on espère signer un autre fournisseur global de Cloud mais également avec les différents acteurs locaux spécialisés dans ce domaine. On se développe également dans le SaaS en distribuant les offres SaaS de nos partenaires éditeurs, notamment celles de VMware, Veeam, Adobe, Autodesk, Symantec. Là aussi, l’objectif c’est de signer un maximum de nouvelles marques et de nouveaux partenaires. Toute cette activité se fait via notre plateforme d’agrégation StreamOne. On a aussi beaucoup étoffé les équipes. Une trentaine de personne s’agrègent désormais sur cette activité, que se soit au support technique, à l’avant-vente, au commercial, à l’architecture…

Channelnews : Quelles sont les priorités pour Tech Data France dans les mois qui viennent ?

Pascal Murciano : Comme je vous l’ai dit, Tech Data France souhaite monter en puissance sur les nouvelles technologies et services cloud. Nous avons également l’intention de continuer à développer notre portfolio de produits et de solutions et enfin, d’accélérer notre propre digitalisation.

Channelnews : Avez-vous contractualisé avec de nouvelles marques importantes ces derniers mois et pouvez-vous détailler vos dernières initiatives en matière de digitalisation ?

Pascal Murciano : Non, aucune nouvelle marque majeure n’est rentrée au catalogue ces derniers mois. Nous nous sommes concentrés sur la consolidation de notre portefeuille existant. Mais nous sommes attentifs à rester proche du marché. En ce qui concerne notre digitalisation, nous avons fait évoluer notre plateforme e-commerce InTouch. Nous avons simplifié la navigation et nous avons introduit un système de tracking des livraisons. On a récemment mis en service un Software Store, qui simplifie drastiquement la passation des commandes de licences. Cette plateforme compte actuellement une dizaine d’éditeurs. Pour gérer tous ces projets, on a créé récemment une division digitale, constituée d’une dizaine de personnes – notamment des développeurs et des data analystes – et pilotée par un chief digital officer. Une mission confiée à Adrien Lapeyronie.