Les négociations engagées en janvier dernier par le fonds d’investissement qatari Mannai Corporation QPSC pour vendre sa participation de 99% au capital de l’entreprise de services numériques Inetum au fond étasunien Bain Capital Private Equity viennent d’aboutir, annonce l’entreprise dans un communiqué. Le montant de la transaction n’a pas été dévoilé mais selon l’accord signé en janvier, la transaction devait se négocier sur la base d’une valorisation d’environ 2,2 milliards d’euros. Lors de l’OPA de Mannai sur GFI (l’ancien nom d’Inetum) en 2016, l’entreprise avait été valorisée 560 millions d’euros. Entretemps, elle a doublé son chiffre d’affaires passant de 1 milliard d’euros en 2016 à 2,219 milliards d’euros en 2021 (en croissance de 16% dont +4,9% de croissance organique).

L’objectif affiché est de relancer les acquisitions. « […] nous [allons pouvoir] être plus ambitieux en matière de croissance externe, y compris pour des acquisitions transformantes », a ainsi déclaré Vincent Rouaix, le directeur général de l’entreprise, à nos confrères des Echos. Avant de préciser qu’il s’intéressait à des cibles comprises entre 300 millions et 2 milliards d’euros de valorisation. Le groupe souhaiterait ainsi se renforcer dans « les logiciels en ligne », « l’automatisation », « l’ offshoring en Europe et en Amérique latine » et dans « le conseil [autour] de l’analyse de données.

En vertu de quoi, Inetum vise un chiffre d’affaires compris entre 3 et 5 milliards d’euros à l’horizon 2025.

C’est dans ce contexte qu’Inetum vient de réaliser l’acquisition de Do It Wise, un intégrateur bulgare de ServiceNow réalisant 11 M€ de chiffre d’affaires annuel. Une opération rendue possible par Bain Capital.

Outre les acquisitions, Inetum entend également accélérer sa présence à l’international – le groupe est déjà présent dans 27 pays – se concentrer sur les marchés verticaux et intermédiaires, mettre en œuvre de nouveaux partenariats fournisseurs afin d’augmenter ses expertises, et s’assurer une croissance organique supérieure à la moyenne des acteurs du marché.