Comme beaucoup d’intégrateurs, ArcITek n’est pas sorti totalement indemne du premier confinement. À l’issue de son exercice 2020 clos le 30 septembre, le chiffre d’affaires ressort en recul de 24% à environ 16 M€ (chiffre non définitif) contre 21 M€ sur l’exercice précédent. « Les clients sont confrontés à des restrictions budgétaires de tous ordres depuis le confinement, observe Taniel Doniguian, directeur général associé d’ArcITek. Ils sont attentistes et la demande a globalement baissé. »

Pour autant, le résultat devrait reste positif : autour de 3% du chiffre d’affaires. Une rentabilité honorable que l’intégrateur attribue au succès de son offre de services managés. Depuis un an, ArcITek propose notamment de la sauvegarde externalisée (sur technologie Veeam et Acronis), de la supervision à distance (Esia), du stockage sécurisé et des services d’hébergement Cloud dédié ou mutualisé (sur la base d’infrastructures Dell, Exagrid et Qnap avec la pile logicielle VMware)…

Lancée à l’été 2019, l’offre a décollé dès l’automne 2019 et s’est accélérée avec le premier confinement. « La demande est forte, notamment de la part des PME, qui sont à la recherche de flexibilité, de sur-mesure et de proximité », détaille Taniel Doniguian.

À fin septembre, l’offre comptait 27 clients (dont la moitié de nouveaux clients attirés par le bouche-à-oreille). Sur l’exercice 2020, l’intégrateur est parvenu à un total de 1 M€ de services managés facturés et 7 collaborateurs (sur un effectif total trente) se consacrent désormais à cette activité.

L’activité est si prometteuse que Taniel Doniguian et son associé Yann Valains ont décidé de mandater des cabinets spécialisés pour trouver des sociétés spécialisées dans les services managés à racheter. Sur l’exercice 2021, ils visent 2 M€ de services facturés sur un total de 17 M€ de chiffre d’affaires.