Deux ans après une première levée de fonds de 500.000 euros auprès de Normandie Capital Investissement, l’intégrateur de logiciels de gestion normand vient de lever 4 millions d’euros supplémentaires, moitié en fonds propres via l’entrée de BNP Paribas Developpement et Normandie Participations au capital, et moitié en emprunt bancaire via la BPI, BNP Paribas et le CIC. Objectif affiché de ce deuxième tour de table : financer la croissance. Le groupe ambitionne en effet de doubler de taille en quatre ans pour atteindre les 30 M€ de chiffre d’affaires en 2021. « Sur notre marché, qui est arrivé à maturité, nous sommes confrontés à une problématique de taille critique, expose Eric Le Goff, président d’Alticap. Pour être perçu par les éditeurs comme un acteur significatif, nous devons atteindre rapidement cette taille critique ».

La moitié des 4 M€ levés sera affectée à la croissance externe. Présent dans le grand Ouest (avec des agences à Caen, Nantes, Bordeaux, Le Havre, Rouen, Rennes, Laval et Angers), le groupe cherche désormais à se déployer dans d’autres régions, notamment en région parisienne, dans l’agglomération lyonnaise, voire dans l’Est. Alticap s’intéresse ainsi à des sociétés exerçant le même métier, notamment des partenaires Sage ou Cegid, implantées dans ces régions.

L’autre moitié des fonds est destinée à financer ses activités SaaS, hébergement et infogérance. Des activités qui enregistrent de fortes croissances mais sur lesquelles Alticap doit gérer les problématiques bien connues de besoin en fonds de roulement, les coûts des projets étant étalés sur la durée des contrats (trois à cinq ans).

Lancée en 2012 pour héberger les applications Sage des clients sur des serveurs distants, l’activité hébergement et infogérance pèse actuellement 8% du chiffre d’affaires et progresse de 15% par an. Démarée en 2013 pour relayer les offres SaaS de SAP, puis de Cegid et Exact, l’activité SaaS a progressé de 50% sur les douze derniers mois et pèse 7% du chiffre d’affaires. Si on ajoute l’activité télécoms (vente de liens Internet, installation de PABX) qui pèse 6% du chiffre d’affaires, les activités Cloud et hébergement dépassent déjà 20% des revenus. Eric Le Goff, directeur associé du groupe, estime que leur part pourrait atteindre 35% à 40% du chiffre d’affaires dès 2020.