Konica Minolta Business Solutions France vient de finaliser le rachat de 100% du capital du groupe lorrain Sequoïa, spécialisé dans la vente de solutions d’impression. Groupe de 179 collaborateurs basé à Metz réalisant 49 M€ de chiffre d’affaires annuel, Sequoïa rayonne dans toute la région Grand Est via un réseau de seize établissements. Un réseau que son président-fondateur Jean-Michel Guyot a constitué à coups de rachats successifs au cours des douze dernières années. Le groupe est également implanté à La Réunion via sa filiale Alliance Bureautique.

Concessionnaire Konica Minolta depuis l’origine, Sequoïa se présente comme le leader de son marché sur toute sa zone d’influence. Le groupe se signale également par sa remarquable profitabilité (8,2 M€ d’Ebitda sur le dernier exercice) et sa propension à continuer à générer de la croissance (+5-6% sur le dernier exercice) sur un marché stagnant, voire légèrement déclinant.

À l’approche de la soixantaine Jean-Michel Guyot s’est mis en quête d’un repreneur. Non qu’il était pressé de vendre. Mais il savait que pour céder un groupe de la taille de Sequoïa, il lui serait demandé plusieurs années d’accompagnement. Il souhaitait aussi que le groupe « puisse continuer à se développer sans [lui] ». Ce qui supposait une assise financière qu’un particulier aurait été en mal d’apporter. Pas question non plus de céder aux sirènes des fonds d’investissement. Dernier point à prendre en considération : la mutation technologique qui est en train de transformer le métier de Séquoïa.

« Les vérités d’il y a dix ans ne sont plus bonnes aujourd’hui. Désormais, on vend une grosse Geide par semaine. On n’a plus besoin des mêmes vendeurs qu’autrefois. On recrute des ingénieurs informatique, des hotliners…. On a besoin d’innovations technologiques, de support avant-vente… ». D’où le choix de Konica Minolta qui a « l’assise financière, les centres de recherche, les technologies, le savoir-faire d’industriel… »

De son côté, Konica Minolta Business Solutions France était intéressé par l’expertise commerciale de Sequoïa et sa proximité clients. Un savoir-faire qui s’inscrit dans sa stratégie de régionalisation et de densification de sa couverture commerciale initiée il y sept ans avec le rachat de Serians et poursuivie avec celui en janvier 2016 de Dactyl-OMR. Le premier lui a permis de se renforcer en région Nord-Picardie et le second dans le Centre et l’Ouest de la France. Deux greffes couronnées de succès, les deux sociétés n’ayant cessé de croître et d’améliorer leurs profits depuis leur acquisition – à la nuance près que que Serians a fini par être intégré à sa maison-mère en avril dernier. À fin mars 2018, le chiffre d’affaires de Konica Minolta Business Solutions France était de 394.1 M€, en recul de 1.32% par rapport à l’exercice précédent.

Tout comme Michel Tatin chez Dactyl Buro, Jean-Michel Guyot est maintenu à la présidence de Sequoïa (pour au moins deux ans). Il conservera l’essentiel de la gestion opérationnelle ainsi qu’une mission de développement. Il est notamment en charge d’accélérer la transformation du groupe et sa diversification dans les services numériques. L’objectif est de construire une offre globale mariant le savoir-faire traditionnel de Sequoïa dans l’impression et la gestion des flux documentaires, les innovations technologiques conçues par Konica Minolta (plateforme intégrée Workplace Hub, objets connectés, caméras intelligentes, etc.) et des solutions tierces.

Sequoïa a ainsi commencé à commercialiser des écrans grands formats et bientôt les matériels audio de Bose. Autre corde bientôt à son arc, Jean-Michel Guyot est train de négocier le rachat d’une entreprise spécialisée dans la surveillance et le contrôle d’accès. Néanmoins, il lui reste du chemin à parcourir sur la voie de la transformation : plus de 95% des facturations du groupe proviennent encore de son activité traditionnelle bureautique.