Editeur spécialisé dans le pilotage de la performance opérationnelle, Pom Monitoring (nom commercial de la société Exosec) vient d’être placé en redressement judiciaire. Un acte de gestion revendiqué par Christophe Pouillet, son PDG, pour « permettre [à la société] de relancer [son] activité dans de meilleures conditions après une restructuration de [sa] dette », a-t-il expliqué dans un courrier daté du 4 mai envoyé à ses quelque 200 clients. De fait, le PDG entend bien mettre à profit les six mois de répit accordés par le tribunal pour réduire ses charges – notamment sa masse salariale – de façon à pouvoir reconstituer sa trésorerie.

Celle-ci a été mise à mal par l’attentisme du marché depuis le début de l’année, selon lui. Bien implanté dans le secteur public et notamment dans la santé, l’éditeur a dû faire face ces derniers mois au décalage de nombreux projets. Des reports qui ont achevé d’assécher une trésorerie déjà tendue par une montée en puissance plus lente que prévue de son activité au cours de ses deux derniers exercices. En 2015, suite à la levée de 1,5 M€ auprès du fonds d’investissement Newfund, Pom Monitoring avait en effet doublé son effectif en vue d’accélérer sa croissance. L’objectif était ambitieux : multiplier par sept le chiffre d’affaires en 4 ans, en passant de 2,3 M€ à 15 M€.

L’année 2015 s’était soldée par une croissance honorable de 20% et la signature d’une trentaine de nouveaux clients. Mais à l’issue de l’exercice 2016, le chiffre d’affaires annuel dépassait tout juste 3 M€ avec un effectif de plus de 30 personnes. Insuffisant par rapport à ses objectifs de départ. Avec des projets atteignant en moyenne 100 à 150 K€, la société avait besoin de s’internationaliser rapidement, le marché français paraissant un peu étriqué par rapport à ses ambitions.

Pour cela, l’éditeur comptait bâtir un réseau de partenaires sur lequel il aurait pu s’appuyer sur le marché national afin de mieux se consacrer au développement de l’international. Mais cela n’a pas fonctionné comme prévu. Au lieu de la cinquantaine de partenaires escomptés, la société n’en a recruté qu’une douzaine, parmi lesquels Econocom mais également Nware et Exalians, deux sociétés aujourd’hui disparues. Pom Monitoring est donc resté sur un modèle majoritairement direct sur un marché essentiellement national.

Société d’expertise en infrastructures IT née en 2002, Exosec s’est tournée à partir de 2010 vers l’activité édition en packageant l’outil de supervision IT qu’elle avait développé sur la base de la technologie Nagios. À partir de 2014, la société a évolué vers le pilotage de la performance opérationnelle en enrichissant sa solution de fonctionnalités de performance applicative et de collecte des données des autres composantes du SI pour produire des indicateurs orientés qualité de service.