La société de services spécialisée dans la gestion de processus métiers étoffe les effectifs de son centre de services bordelais, qui devrait passer de quatorze à vingt-quatre collaborateurs.

 

Bons salaires et supplément d’âme à la clé. La société de services informatiques Axyus, spécialisée dans la modélisation des processus métier, cherche à recruter une dizaine de nouveaux collaborateurs pour son centre de services de Mérignac. La SSII recherche trois types de profils : des consultants, des ingénieurs développement et des chefs de projets. Les salaires proposés vont de 28 000 à 45 000 € bruts par an pour les ingénieurs développement et de 38 000 à 55 000 € pour les chefs de projets.

C’est parce qu’elle a été confrontée comme la plupart de ses consoeurs de petite et moyenne taille à la difficulté de recruter, notamment en région parisienne, que la société a fait le choix de s’implanter il y a deux ans à Mérignac. « Nous connaissions la qualité des écoles et nous pressentions que nous y trouverions des candidats attirés par nos valeurs », relate Pascal Heidet, directeur associé de Axyus. De fait, 70% de l’activité la SSII est tournée vers des projets de maîtrise d’œuvre au forfait.

 

Une structure stable où l’on peut s’impliquer

 

Or cette approche procure un confort de travail appréciable par rapport aux conditions offertes dans les sociétés de services traditionnelles travaillant plutôt en régie, estime Pascal Heidet. « Nous offrons à nos collaborateurs une structure stable où ils peuvent s’impliquer sur des projets avec engagement de résultats », détaille-t-il. Un argument qui fait mouche dans le bassin bordelais où l’offre d’emploi dans les services informatiques est relativement réduite et reste en général orientée sur la délégation de personnel.

 

Autre avantage des prestations au forfait, selon Pascal Heidet, elles permettent une meilleure homogénéisation des compétences. Axyus compte actuellement quatorze collaborateurs à Mérignac sur un effectif total de quarante personnes. Les recrutements en cours, qui devraient être finalisés dans les quatre prochains mois, porteront l’effectif à une cinquantaine de personnes. D’autres recrutements devraient intervenir en parallèle, notamment à Limoges, où le prestataire, qui compte déjà trois collaborateurs sur place, étudie la possibilité de prendre des locaux.